mardi 13 juin 2017

Jean Cocteau :L'Aigle à deux têtes (1948) - Edwige Feuillère, Jean Marais (Eng Sub)

L'Aigle à deux têtes (1948) - Edwige Feuillère, Jean Marais (Eng Sub)



Et sa  version  au théâtre   du Ranelagh au début de l'année 2017


http://culturebox.francetvinfo.fr/theatre/theatre-contemporain/l-aigle-a-deux-tetes-le-drame-romantique-de-jean-cocteau-revient-sur-scene-251667

lundi 12 juin 2017

Jean Cocteau

(1889-1963)
Poète écrivain dramaturge cinéaste peintre français
Né dans une famille bourgeoise de la région parisienne.

Son père se suicide en 1898 (il avait 9 ans)
Premier poème à 20 ans , ( qu'il désavouera plus tard)
Il se passionne très vite pour le théâtre, mène une vie de bohème et fréquente les milieux artistiques et mondains
Avec la rencontre de Diaghilev dont les ballets russes l'enchantent, il se rapproche de l'avant-garde cubiste et futuriste et rompt avec la poésie conventionnelle.
cocteau  par  lui-memeEn 1913 il soutient Stravinsky lors de la première du Sacre du Printemps qui provoque un scandale.
Première guerre mondiale ; il participe comme auxiliaire mais est rapidement démobilisé en raison de sa santé fragile.
On le voit en 1916 à Montparnasse avec Modigliani, Apollinaire Max Jacob , Paul Reverdy, Blaise Cendrars .
En 1916, création du Groupe des Six (formation musicale réunissant :
Georges Auric (1899-1983)
Louis Durey (1888-1979)
Arthur Honegger (1892-1955)
Darius Milhaud (1892-1974)
Francis Poulenc (1899-1963)
Germaine Tailleferre (1892-1983)..... et dont Eric Satie est le mentor.
Participe au mouvement Dada (1916 -1921,22)
Il fait la connaissance de Picasso qu'il emmène chez Diaghilev.
1918 Mort d'Apollinaire .
Il fonde avec Cendrars les éditions de la Sirène Se brouille temporairement avec Stravinsky.
1919 :Rencontre Raymond Radiguet (1903-1923) dont il découvre le talent de poète et de romancier. Il le soutient notamment dans l'écriture de son roman « le diable au corps » puis « Le bal du comte d'Orgel)
Dépendance à l'opium contre laquelle il devra lutter toute sa vie .
1923 : Thomas l'imposteur ( Roman )
Raymond Radiguet meurt en 1923 . Certains de ses proches lui reprochent son attitude lors de ces circonstances
Période de dépression
Dans les années 20 il s'associe à M. Proust , André Gide et M Barrès
Conversion au catholicisme en 1925
Avec la rencontre de Diaghilev il s'est rapproché de l'avant-garde cubiste et futuriste
Influence de Picasso, Satie, Apollinaire André Breton , Philippe Soupault dont naîtra le surréalisme.
1929 : Les enfants terribles
1930 le sang d'un poète (film )
Rencontre Jean Marais .
1934 : Mythologie avec des lithographie de De Chirico ( Poésie)
1934 : la machine infernale
1938 : les parents terribles
Role ambigu durant la seconde guerre mondiale
1943 : l' Eternel retour Scénariste ppur le  film de  Jean  Delannoy
1944 : l'aigle à deux têtes (film)
Devient une référence cinématographique
1946 : le jeune homme et la mort (Ballet)
1946 : la belle et la bête (film)
1950 : Orphée
Fréquente Matisse qui l'engage à s'exprimer par le dessin et la peinture
Compose des fresques et des mosaïques sur des thèmes mythologiques et bibliques
Il fréquente Picasso , Charlie Chaplin , Edith Piaf
En 1960 Testament d'Orphée
Il meurt d'une crise cardiaque en 1963 à 74 ans après avoir appris le décès d'Edith Piaf .

(les   oeuvres citées  ne sont  qu'une   infime partie  de  sa production  artistique  dans  les différents  domaines  )

Jean Cocteau : Clair -obscur



Le 11 février  1955

Cher  Monsieur,
Depuis  de longues semaines votre livre n'a pas quitté la  table et comme je ne quitte   guère ma  table, bien  souvent  je suis  allé chercher ma part  de lumière dans votre  Clair-Obscur. Les poèmes me  furent  des étincelles au  milieu  de la  misère de mes tâches. Je retrouvais des flammes éteintes  par les algèbres. Toute cette semaine lisant la relativité de  Tolman je m'arrêtais quand  le  livre m'arrêtait et  pour reprendre courage je lisais du   Cocteau.  Je rêvais  à  des choses qui  ne  sont plus de mon  âge. Les "pollens  indécents" ressuscitaient  des fleurs qui  ne  sont  plus  . [...]

Ainsi  Clair-Obscur  m'a donné des vacances et des pensées. Excusez-moi  d'avoir  été si  long  à  vous remercier. J'espère que  par le  détour  de Monaco ma lettre vous parviendra. Qu'elle  vous dise, cher  Monsieur,  ma bien  vive  sympathie.

Gaston  Bachelard

De tous  les partis...
De tous les partis mon  parti
Est le seul que je  veuille  prendre
A quel vainqueurpuis-je me  rendre
Lorsque de moi  tout est  parti ?

Muses dans vos sombres usines
Savais-je que  vous me  feriez
Une couronne  de lauriers
Plus  féroces que  des  épines  .

Aujourd'hui...
Aujourd'hui, c'est demain et hier qui s'épousent
Demain c'est hier jeune et hier demain vieux
Implacable travail de trois Parques, jalouses
D'un secret emmêlant les dates et les lieux.

Leur tâche à notre sort les laisse indifférentes
Car on n'en peut rien voir sur l'envers du tissus.
Elles travaillent vite et nous paraissent lentes
Et ce que nous cachons s'y brode à notre insu.

Il faudrait...
Il  faudrait de ma  nuit atteindre les écluses
Les  ouvrir  et traquer  les muses dévêtues
L'injurier  de  feux  jusqu'à  ce que  ces muses
Perdissent  leur dégaine antique de statues

Je vivrais enfin  calme et ce serait  leur tour
De  trébucher d'aller  s'aveugler aux  lumières
Entre  elles de se  battre et de mettre en  plein  jour
Leur  visage  de  torche où  flambe une crinière.

Je vivrais  calme enfin et je regarderais
Un  cheval  maladroit à  déployer  ses ailes
Les neuf soeurs de la  nuit se déchirer entre elles
Et ces dames  criant  leurs  augustes secrets.  

du recueil  de poésies Clair-Obscur. (1954)